top of page
  • Photo du rédacteurChrysippe

Le coaching d’équipe en entreprise - Université Paris Dauphine et Cabinet Chrysippe

Dernière mise à jour : 7 sept. 2022


Nous le savions et nous l’avons vu depuis un an dans le contexte Covid : les êtres humains ont besoin d’interagir avec d’autres êtres humains. La privation de contact provoque du mal être, voire pire. Pour une équipe de chercheurs en sciences cognitives au MIT (États-Unis), un tel isolement social déclenche dans le cerveau le même effet de manque qu’une privation de nourriture.


Cependant, les interactions humaines ne sont pas toujours fluides et peuvent être semées d’incompréhensions, de tensions, de malentendus. Chaque individu perçoit le monde selon ses sens et attribue une signification, une valeur ou un ordre à ce qu’il perçoit pour créer sa propre réalité. Cette réalité varie selon la personne : ses vécus, son formatage culturel, ses biais cognitifs…L’actualité reflète cette manière très constructiviste d’interpréter des événements, et a même provoqué une fracture sociale d’une des plus grandes puissances mondiales, les Etats-Unis.


Dans le milieu professionnel les interactions entre les membres d’une équipe peuvent être source de dysfonctionnements. Car intention ne rime pas forcément avec perception : parfois les gestes de l’un sont mal perçus par l’autre : « elle essaie de me piquer mon boulot ! » « il me met la pression car il ne m’apprécie pas » « il écoute tout le monde sauf moi ». Chacun crée sa propre réalité à travers des événements qu’il ou elle vit au quotidien. Au sein du groupe, une réalité peut être créée à plusieurs, et renforcée et cristallisée par l’ensemble pour devenir une croyance collective. Ces perceptions provoquent des réactions qui créent à leur tour des perceptions, et des réactions, et ainsi de suite : on tourne en boucle. Ces boucles de perception et de réaction peuvent être polluantes pour la performance de l’équipe en induisant des comportements dysfonctionnels tels que la rétention d’information, des déficits de communication et des comportements d’évitement et du surcontrôle.

Le coaching d’équipe permet d’identifier ces boucles de perception et réaction, et d’autres déviances en termes de comportement au sein de l’équipe. En effet, le coach tend un miroir figuratif aux membres de l’équipe pour faire prendre connaissance des dysfonctionnements, pour ensuite aider l’équipe à sortir de l’impasse dans lequel elle se trouve. Le coach va faire un recadrage et prescrire des actions à mettre en place pour remédier à la situation et pour créer d’autres comportements beaucoup plus sains et fonctionnels qui vont élever l’équipe vers l’efficience, mais aussi vers le bien-être et la satisfaction personnelle.

Très répandu depuis des décennies dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, le coaching en France se démocratise et touche l’ensemble du tissu économique. Contrairement au passé, de plus en plus d’organisations font appel aux coachs, non pas pour résoudre des problèmes, mais pour créer des synergies de performances tout en assurant l’optimisation de soi. Développement du leadership, changement de poste et développement de carrière, amélioration du fonctionnement des équipes et de la communication restent les raisons principales pour faire appel à un coach (source : SF Coaching).

Néanmoins, le paysage professionnel a été fortement impacté par le contexte sanitaire actuel. Dans un monde en perpétuel bouleversement, les organisations ont été obligées de répondre à l'assaut de la pandémie et de se concentrer sur la survie en s'adaptant rapidement à une toute nouvelle réalité. L’isolement et la souffrance des employés qui ont fait surface ont souligné la nécessité d’intégrer les besoins des travailleurs dans la façon dont le travail est conçu, et l’importance de se préoccuper du bien-être humain. La technologie a joué un rôle vital dans l'organisation du travail des équipes au cours de l'année écoulée et continuera d'être employée massivement à l'avenir. Cependant, les entreprises vont devoir assurer un équilibre entre la numérisation et l'être humain. Le coach aura un rôle important demain pour faire face à tous ces nouveaux enjeux professionnels post-Covid ; le coaching d’équipe a de beaux jours devant lui…





Sonia Thomas est coach d’équipe et coach de dirigeants et managers au sein du Cabinet Chrysippe. De nationalité Britannique/Irlandaise, elle vit en France depuis plusieurs décennies. Sonia est riche de 25 ans d’expérience professionnelle en RH, gouvernance et stratégie de l’entreprise. Elle est passionnée par l’interculturalité, la transformation des entreprises, le coaching au féminin et le bien-être au travail. Elle est formatrice au sein des Diplômes et Certificats « Coaching & Management » de l’Université Paris-Dauphine et du Cabinet Chrysippe.

71 vues0 commentaire

Comments


bottom of page