top of page
  • Photo du rédacteurChrysippe

PSYCHOLOGIE DE L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE & PARAMETRAGE COGNITIF DES IA CONVERSATIONNELLES

Dernière mise à jour : 25 mai 2023

La psychologie de l'intelligence artificielle (PIA) conversationnelle s'appuie sur les fondements conceptuels et les méthodes opérationnelles de la psychologie pour étudier et ajuster les modalités du fonctionnement cognitif des intelligences artificielles conversationnelles, afin de les rendre plus efficaces au service de leurs utilisateurs professionnels et personnels humains.

La PIA mobilise différents champs de la recherche comme de l’exercice technique de la psychologie scientifique : psychologie cognitive, psychologie systémique, psycholinguistique et pragmatique de la communication, neuropsychologie, psychologie sociale, psychologie ergonomique, psychologie culturelle, etc.. Face à l’avènement, ici et maintenant, d’IA conversationnelles de plus en plus élaborées et complexes, la PIA analyse, puis ajuste, les modalités cognitives du traitement, de la « compréhension », de l’« interprétation » et de la réaction des IA langagières aux informations qui leur sont communiquées. Cela, afin de fabriquer des IA conversationnelles collaboratives sur-mesure, adaptées aux caractéristiques et aux besoins spécifiques de leurs opérateurs humains.


Dans ce nouveau monde où les codeurs et experts domaines ne peuvent plus à eux seuls correctement configurer des IA devenues cognitivement complexes, la PIA permet l’indispensable paramétrage cognitif des intelligences artificielles conversationnelles brutes à notre disposition. D’un point de vue technique, cette fabrication d’architectures sur-mesure de processus cognitifs artificiels intervient dans différents moments-clés du calibrage cognitif des IA conversationnelles : élaboration de prompts engineerings contextuels adaptés aux capacités cognitives des IA, fabrication de datasets d’entrainement ajustés aux spécificités de traitement de l’information par les IA, création d’isomorphismes pertinents prompt/dataset, ajustement du calibrage des hyperparamètres mathématiques associés, détection des biais cognitifs des IA, correction des sources de boucles de perception-réaction contre-productives homme-IA, neutralisation des hallucinations artificielles, protection de l’utilisateur, etc.


Qu’il s’agisse de créer des assistants IA capables de comprendre les nuances du langage juridique pour aider les avocats dans leur analyse de documents légaux, ou des auxiliaires en mesure de détecter des signaux faibles textuels dans divers secteurs (médecine, retours clients, RH…), ou encore des aides mentors aptes à identifier et entrainer des individus sur leurs besoins particuliers, la psychologie de l’intelligence artificielle conversationnelle, respectueuse d’une indispensable éthique en la matière, est un acteur central dans le cadre de l’émergence (au sens de Varéla) actuelle d’une néocognition définie comme la collaboration distribuée entre intelligences humaine et artificielle, où chacune réalise sa valeur ajoutée au service du développement des individus & collectifs humains.


Michael PICHAT, docteur en psychologie des processus cognitifs, maître de conférences des universités, fondateur de neocognition.ai
63 vues0 commentaire

Comments


bottom of page